Petit déjeuner américain

Si il est bien un repas méga important aux USA, c’est bien le petit déjeuner… Bacon, oeufs, pancakes, hashbrowns, c’est la panoplie idéale pour bien commencer la journée, avant d’entamer un bon road trip à travers l’Ouest Américain par exemple !

Voici mon Top 5 des chaines de restaurants qui servent des petit-déjeuners de qualité toute la journée ! Vous n’aurez plus d’excuses pour avoir le ventre vide pendant votre périple !

1) Denny’s

Crée en 1953, Denny’s s’est très vite imposé comme LE restaurant de petit-déjeuner aux USA !

Avec 1500 restaurants à travers tout le pays, ouvert 24h/24, 365 jours par an, il est facile de comprendre pourquoi cette chaine est devenue une référence !

Au menu, on retrouve tout ce qui fait la force d’un petit-déjeuner américain, c’est à dire du bacon, des pancakes (à volonté pour 4$), des french toasts (Pain perdu), des omelettes, des oeufs, des steaks, du café à volonté ou du chocolat chaud.

En plus de ces plats qu’on peut se faire servir toute la journée, on a aussi accès à des hamburgers, des poêlons avec poulet et légumes, des pièces grillées et autre.

Attention cependant, d’expérience, il vaut mieux éviter de sortir des menus Breakfast… Les burgers et autres plats plus « sophistiqués » ne sont pas vraiment excellent dans les restaurants de petit-déjeuner.

2) Ihop

IHOP est le principal concurrent de Denny’s sur le marché des chaines de petit-déjeuner aux USA.

Crée en 1958 avec 1500 restaurants à travers toute l’Amérique du nord, IHOP propose plus ou moins la même carte et le même concept que Denny’s, je ne m’attarderai donc pas forcément dessus.

Il est cependant intéressant de noter que IHOP est aussi le propriétaire de la chaine de restaurants Applebee’s qui fera l’objet d’un prochain article sur passionamerique.com.

Petit conseil si vous vous arrêtez chez IHOP: Il faut absolument tester le Strawberry Banana French Toast… Un régal !

3) Waffle House

Waffle House (la maison de la gaufre), est une véritable institution aux USA (2100 restaurants dans seulement 25 états), et plus particulièrement dans le Sud des Etats-Unis où la chaine est devenue une véritable icône culturelle.

Ouvert en 1955 en Georgie, la chaine s’est spécialisé dans les gaufres de toutes sortes, salées ou sucrées, et les restaurants sont ouverts 24h/24 aussi.

L’ambiance des Waffle House sont vraiment spéciales… On s’y sent comme dans un film américain des années 70, avec la serveuse un peu corpulente, à la visière collée sur la tête, le carnet d’addition à la taille, et la cafetière à la main… On mange au comptoir et on s’attend à voir débarquer le shérif patibulaire avec ses donuts à la main à tout moment…

Manger dans un Waffle House, si on passe le fait que leurs hashbrowns sont à mourir tellement ils sont bons, c’est avant tout se prendre une bonne dose d’Amérique dans la tête pour bien commencer la journée… J’adore !

4) Cracker Barrel

Cracker Barrel est ma chaine de restaurants favorite aux USA. J’y mangerai tous les jours si je pouvais, c’est dire ! J’y consacrerai d’ailleurs un article entier…

La chaine a été fondée en 1969 à Lebanon, Tennessee et se positionne comme un restaurant typique du sud des Etats-Unis. Avec 630 restaurants à travers les USA, Cracker Barrel c’est la cuisine de maman… Une cuisine délicieuse et généreuse qui propose des petit-déjeuners de qualité, en plus de proposer des grillades et autres plats délicieux.

L’ambiance des boutiques Cracker Barrel est unique car en plus d’être des restaurants, ce sont aussi des General Stores qui proposent de la déco, de la nourriture et de la musique purement américaine… On est ici dans le temple du patriotisme à la mode US, avec une déco digne des meilleurs westerns… Bref, il n’y a rien de mieux !

Conseil culinaire: Goutez absolument le dessert Baked Apple Dumplin… Le paradis dans un dessert…

5) The Original Pancake House

Enfin, pour nous français qui aimons les crêpes, on finit cet article avec The Original Pancake House, fondé en 1953 à Portland dans l’Oregon.

Avec une centaine de franchise à travers les USA, cette chaine est avant tout connue pour leurs pancakes et crêpes, mais aussi leurs omelettes.

Le point qui fait la différence par rapport aux autres chaines, c’est le côté authentique de l’enseigne qui utilise des produits de haute-qualité et qui est dirigée depuis l’ouverture par la même famille, cultivant l’authentique et l’identité nationale.

Bref, pour manger une bonne omelette, ou de bonnes crêpes, direction The Original Pancake House, vous ne le regretterez pas !

Et voilà, si avec ce top 5 des meilleurs restaurants de petit-déjeuners aux USA, vous ne savez plus où manger le matin aux Etats-Unis, vous y mettez vraiment de la mauvaise volonté 😉

N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux et à parler de nous à vos amis !

A bientôt sur www.passionamerique.com et sur Facebook !

EnregistrerEnregistrer

Plus d’articles qui pourraient vous plaire :

  • Où manger à San Francisco ? 5 endroits à ne pas louper !Où manger à San Francisco ? 5 endroits à ne pas louper !
  • La folie des Food Trucks qui nous viennent des USALa folie des Food Trucks qui nous viennent des USA
  • Pourquoi les américains vouent un culte à la viande ?Pourquoi les américains vouent un culte à la viande ?
  • 15 Diners Retro à visiter aux USA15 Diners Retro à visiter aux USA
  • Des idées de Barbecue made in Texas !Des idées de Barbecue made in Texas !
  • Recette de l’Apple Pie comme aux Etats-UnisRecette de l’Apple Pie comme aux Etats-Unis

Que peut bien manger un américain au Breakfast ?

Entre la nourriture et l’Amérique c’est une véritable histoire d’amour ! Suscitant de nombreux fantasmes, les « breakfasts », « lunches », « brunches » et autres « dinners » sont aussi souvent porteurs de clichés. Rendons à l’Oncle Sam, ce qui appartient à l’Oncle Sam ! Au programme : des pancakes bien sûr. Accompagnés d’une tasse de thé ou de café américain à volonté, ils se dégustent recouverts de sirop d’érable. A côté, préparez-vous un bol de céréales, type flocons d’avoines, korn flakes ou muesli aux fruits secs, que vous dégusterez avec un yaourt et un grand verre de lait ou de jus de fruit. Pour la touche salée, misez sur les scrambled eggs, ces fameux œufs brouillés, ou des œufs au bacon. Sans oublier les incontournables « potatoes » grillées avec la peau et les fameux toasts de pain blanc, souvent agrémentés de tranches de bacon et de cheddar. Si vous n’êtes pas un brin gourmand, passez votre chemin !

Ou acheter le nécessaire pour mon petit déjeuner américain ?

My Little America, épicerie reconnue dans les produits américains et la « comfort food », vous propose une large gamme de produits de qualité, directement importés des Etats-Unis. Laissez-vous tentez par notre gourmandises sucrées, notre épicerie salée, nos petits déjeuners, nos boissons et pleins de nouveautés. Vous bénéficiez d’une livraison à domicile en 48h. Prêt à succomber ?

Related Posts

Invitez vos amis autour d’un apéro américain
The Giant National Capital BBQ Battle, le concours de barbecue
Comment faire un véritable brunch américain ?
Fêter le Cinco de Mayo avec la cuisine tex mex

Petit-déjeuner dans un diner américain

Les diners proposent des petit-déjeuners pas chers.  Pour seulement 8 ou 9 $ vous pourrez commander deux œufs avec un toast, des pommes de terre, du bacon, un café et un jus d’orange. N’oubliez pas de donner un pourboire. Un petit conseil : multipliez par deux le montant des taxes (consultez l’addition). Il est habituel de donner un pourboire d’environ 15 à 20 % du montant total de l’addition (sans taxes). Vérifiez toujours si le service est compris.

Le Choix d’Eric : Comment commander un petit-déj’ new-yorkais ? Can I have two eggs sunny side up, white toast, bacon coffee and a small OJ? (Puis-je avoir deux œufs sur le plat, du toast, du bacon, un café et un petit jus d’orange ?). Pour le café, vous ne payez qu’une seule fois (même si vous prenez le plat du jour de 4,50 $ !). Le café est à volonté, mais si vous prenez du thé, il faut garder le sachet de thé.

petit-dej-sain-new-yorkpetit-dej-sain-new-yorkpetit-dejeuner-new-york-pancakespetit-dejeuner-new-york-pancakes

Ellen’s Stardust Diner

Vous cherchez un endroit particulier ? Alors, rendez-vous à Ellen’s Stardust Diner à Broadway et la 51th street (tout près de Times Square). Tout le personnel chante. C’est comme si vous assistiez à un spectacle de Broadway gratuitement ! Souvent, les serveurs passent quelques mois à travailler ici avant de commencer à jouer pour des vraies comédies musicales de Broadway.

Le meilleur moment pour aller à Ellen’s Stardust Diner est 8h00 et 8h30. Après, il y aura énormément de monde.  En semaine, les serveuses commencent à chanter vers 8h00 (pendant le week-end, elle commencent un peu plus tard). Un petit-déjeuner chez Ellen’s Stardust Diner coûte plus cher que les petits-déjeuners proposés par d’autres diners, il faut compter environ 15 $.

Petit-déjeuner à New York - Ellens StardustPetit-déjeuner à New York - Ellens StardustPetit-déjeuner à New York - Intérieur Ellens StardustPetit-déjeuner à New York - Intérieur Ellens Stardust

Westway Diner

Westway Diner a été fondé en 1988 et est ouvert 24/24 et 7/7. C’est un diner typique : les plats sont simples et le service rapide. Choisissez ce que vous souhaitez commander avant que le serveur ne passe pour prendre la commande. Les serveurs sont toujours pressés. Ne prenez pas « à la carte » mais plutôt une formule qui comprend café et jus d’orange. Cela revient beaucoup moins cher. Les formules ne sont proposées qu’en semaine.

westway-diner-new-yorkwestway-diner-new-yorkwestway-diner-breakfastwestway-diner-breakfast

Hector’s Cafe & Diner

Le Hector’s Cafe & Diner (1949) est l’un des derniers diners “old school” de New York. Il fait figure d’oasis dans le très branché et touristique Meatpacking District. Le Hector’s est brut, pas très bien décoré et pas cher. Ce qui est rare à Meatpacking District. On retrouve le Hector’s dans le film Taxi Driver de Martin Scorsese ou encore dans la série télévisée Law & Order. Allez faire un y faire un tour pour revivre l’histoire de ce quartier connu jadis pour ses abattoirs et ses trafics de drogues. Préférez le Hector’s à son voisin le Buddy’s, puisqu’il n’a pas été conçu pour les touristes. En fait non n’allez pas au Hector’s, laissez le rester le diamant brut de New York.

Petit-déjeuner à New York - HectorPetit-déjeuner à New York - HectorPetit-déjeuner à New York- Intérieur du HectorPetit-déjeuner à New York- Intérieur du Hector

Theatre Row Diner

Theatre Row est l’un des diners les plus tendances à New York. Grâce à sa situation stratégique au cœur du theatre district, il est fréquenté par de nombreux acteurs (prometteurs) de Broadway. J’aime bien ce diner pour son menu pas cher (du lundi au vendredi). J’adore les pancakes et les gaufres ! Le diner  est ouvert de 06h00 à 01h00.

theatre-row-diner-new-york-citytheatre-row-diner-new-york-citytheatre-row-diner-new-yorktheatre-row-diner-new-york

Tom’s Restaurant

Tom’s Restaurant est un restaurant familial qui a ouvert ses portes dans les années 1940. L’établissement se situe à Morningside Heights. C’est le diner que vous reconnaîtrez dans la série télévisée Seinfeld. Et franchement c’est peut-être la seule raison pour laquelle j’aime fréquenter ce diner.

toms-restaurant-a-new-york-citytoms-restaurant-a-new-york-city

Buvette à Greenwich Village

Vous cherchez un restaurant sympa à Greenwich Village ? Rendez-vous à Buvette : un petit bistrot parisien, sympa et bondé. Les serveuses sont des passionnées de la nourriture et des vins français. Le matin tôt, je m’installe au bar pour prendre mon petit-déj’ : un espresso et une pâtisserie fraîche. Dans la toute petite cuisine, on prépare d’excellents plats français. C’est l’adresse idéale pour prendre son petit-déjeuner ou pour faire un brunch. Optez pour une gaufre, une tartinette, un croque-monsieur, une salade accompagnée d’un jus de fruits frais. Si vous désirez vous installer à l’extérieur, il y a aussi une cour intérieure. La Buvette est ouverte toute la journée.

Le Choix d’Eric :Ce petit bout de Paris à New York est l’endroit idéal pour faire un brunch. Mais attention, c’est petit, il y a toujours du monde et on ne prend pas de réservations. N’oubliez pas de faire un petit tour aux toilettes et d’utiliser le savon (quel parfum !). 

Petit-déjeuner à New York- BuvettePetit-déjeuner à New York- BuvettePetit-déjeuner à New York -Tartinettes BuvettePetit-déjeuner à New York -Tartinettes Buvette

Gemma à The Bowery Hotel

The Bowery Hotel se situe à East Village, Lower Manhattan et abrite un restaurant italien : Gemma. Même si cet endroit est connu pour accueillir des célébrités, vous pouvez y prendre le petit-déjeuner pour un prix très raisonnable. Débutez votre journée avec les “two eggs any style” à 8 $ et ajoutez-y du bacon pour 5 $ de plus. Si vous êtes plutôt sucré le matin, optez pour les pancakes ou le French Toast (pain perdu).

Petit-déjeuner à New York - GemmaPetit-déjeuner à New York - GemmaPetit-déjeuner à New York - Petit-déjeuner à GemmaPetit-déjeuner à New York - Petit-déjeuner à Gemma

L’un des meilleurs petit déjeuner américain

Le chef populaire de “Pesadilla en la cocina” détruit encore un gaspacho et irrite la moitié du pays en réinventant une recette et en la rendant virale en quelques secondes. Gordon Ramsay est l’un des chefs les plus populaires sur la scène internationale et une icône au Royaume-Uni, son pays natal.

Qu’a fait le célèbre chef cette fois-ci ? Il a publié dans sa chaîne Youtube sa version du classique petit déjeuner américain et en quelques jours il a dépassé les 2,5 millions de visualisations.

Pommes de terre, œufs et bacon…. Il n’en fallait pas plus pour révolutionner ses disciples. Dans ce cas, il s’éloigne de sa facette cuisine Michelin, pour faire un petit déjeuner des plus simples et des plus communs, que l’on pourrait trouver dans un motel de route dans n’importe quelle petite ville américaine. Mais le goût doit l’être pour un moment. Oser arroser les artères avec cette quantité de graisse et de calories est une autre affaire.

Comment est le petit-déjeuner américain de Gordon Ramsay ?

Son interprétation du petit-déjeuner américain classique est basée sur des œufs cuits sur un hachis brun et une généreuse quantité de bacon croustillant, qui donne plus ?

Fondamentalement, le’hash brown’ est une sorte de gâteau de pommes de terre que l’on prépare en déchiquetant la pomme de terre en petits morceaux, en la mélangeant avec de l’huile d’olive et des épices, puis en égouttant le mélange et en le faisant cuire dans une poêle à frire pour le rendre croquant, un peu comme une tortilla. Quand il a une belle couleur dorée, Ramsay ajoute des œufs qu’il fait cuire au four et termine la tâche avec des morceaux de bacon très croquants caramélisés avec un peu de cassonade.

Il n’est pas étonnant que cela ait provoqué un engouement pour les réseaux sociaux et que de nombreux utilisateurs aient été encouragés à préparer cette recette succulente et calorique. Ramsay lui-même assure qu’il s’agit d’un petit-déjeuner américain “pour super-héros” (qui n’ont pas un taux de cholestérol élevé, je dirais…).

Qu’est-ce qui rend cette recette si spéciale ?

La première chose que Ramsay fait est de râper les pommes de terre, au lieu de les couper, avec l’oignon (premier tour). Saupoudrez-les d’huile d’olive et assaisonnez-les de sel, de poivre et de différentes épices que nous pouvons retrouvez dans des épiceries américaines, puis égouttez-les très bien. C’est une autre astuce fondamentale, la clé pour rendre les pommes de terre croustillantes.

Il fait une sorte de gâteau avec les pommes de terre râpées et, quand elles commencent à dorer, le chef ajoute des noix de beurre sur les côtés. Troisième tour de passe-passe.

Faire revenir le hachisch et casser les œufs sur la partie cuite. Saupoudrer le sel, le poivre et un peu de piment de Cayenne et cuire les œufs au four pendant 6 à 8 minutes (jusqu’à ce qu’ils soient cuits).

Pendant ce temps, il fait cuire des lanières de lard dans sa propre graisse et y ajoute un peu de cassonade pour une légère caramélisation (voici le dernier truc de la recette).

Au moment de servir, il distribue le bacon sur la surface et obtient un petit déjeuner américain réinventé et savoureux.

Noter cet article

L’attitude consumériste comme outil de manipulation des foules !

En 1917 le gouvernement américain se voit dans « l’obligation d’entrer en guerre ». Le président Wilson, élu sur un programme pacifiste, est dos au mur; Comment faire accepter à un peuple qu’il doit entrer en guerre, alors qu’il ne le souhaite pas ? Le gouvernement américain fait appel, entre autre, à Edward Bernays, pionnier des « relations publiques », afin de convaincre l’opinion américaine. Bernays établit une liste d’idées avec pour postulat que si le peuple intègre ces dernières, il revendiquera l’entrée en guerre de lui-même.

Bernays relaie ces idées par des médias et des personnalités fortes du pays (payées ou contrôlées par Bernays), et instaure un débat national qui s’appuie sur des faits détournés ou montés de toute pièce. L’information et l’argumentaire seront assurés par des stars, des intellectuels et des politiciens dont on ne pourrait remettre en question la morale. Au terme de sa campagne, l’opinion publique est convaincue qu’entrer en guerre est nécessaire au maintien de l’idéal démocratique Américain, et le congrès vote l’entrée en guerre.

Porté par cette expérience, Edward Bernays se mit à utiliser ses méthodes pour pousser les gens à consommer.Sa conviction première était que « les masses sont soumises à des pulsions irrationnelles qui obligent à les gouverner sans qu’elles en aient conscience ». Pour Bernays le bonheur s’épanouissait dans la consommation, et la bonne santé de la démocratie reposait sur l’industrie. Il créa ainsi l’attitude consumériste comme outil d’abrutissement des foules; la masse préoccupée par un bonheur soumis à un désir insatiable, il sera plus facile de les gouverner et d’enrichir ceux qui les dirigeront.

Associer l’acte de fumer à la cause féministe !

Si l’on parvient à modifier l’image que renvoie un produit dans la tête des gens, de sorte qu’il touche plus de monde, on peut sans trop de réserve affirmer que l’on vendra plus de ce produit. L’objectif pour les industriels n’est donc plus seulement de créer un produit dont le public cible aurait besoin – ou tout du moins l’utilité – mais de le rendre indispensable, dans l’esprit des gens, à l’assouvissement d’un désir (être séduisant, moderne, intelligent, unique, riche, etc). C’est ainsi que Bernays, payé par Lucky Strike, vint à associer implicitement l’acte de fumer à la cause féministe, afin de lever le tabou sur les fumeuses et d’ainsi conquérir un nouveau marché.

Lors d’une grande parade à New York, Bernays convia des journalistes en les informant qu’un groupe de féministe ferait un coup d’éclat. Bernays avait lui-même engagé un grand nombre de jeunes femmes afin qu’au signal donné, ces dernières allument une cigarette. L’événement fit la une des journaux et se répandit dans tout le pays, suscitant un débat national.

Les femmes engagées par Bernays répondirent de leurs actes en clamant qu’elles avaient « allumé les torches de la liberté » et les féministes s’emparèrent de ce coup d’éclat pour défendre leur cause.S’agissant de liberté on ne pouvait s’y opposer, et désormais fumer pour les femmes était un acte de revendication au même droit que les hommes. Bernays, dans l’ombre la plus totale, avait tout organisé : engagé les femmes, convié les journalistes, préparé son slogan et payé quelques stars afin de répandre son message.

À l’époque tout cela faisait sens, personne n’aurait pu se douter de l’implication quelconque de l’industrie du tabac et d’une boîte de relation publique manipulant les médias et l’information. On ne pouvait en émettre l’hypothèse sans être traité de conspirationniste macho, et l’affaire était pliée.

Понравилась статья? Поделиться с друзьями: